/medias/image/17243886915c3711a4a9ea0.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Alumni entrepreneurs : "By Suzette" by Andy et Guillaume

Création d'entreprise

-

23/02/2015

 

Andy Rodrigues (à gauche) et Guillaume Blanchard (à droite) sont diplômés de l’ESG Management School, promotion 2013. Bien qu’ayant tous deux choisi la spécialisation Corporate Finance, c’est vers l’entrepreneuriat qu’ils se sont finalement tournés. À peine un an après l’ouverture de leur première crêperie « By Suzette » en plein cœur de Manhattan, Andy nous raconte cette aventure, parle de ses projets et donne quelques conseils aux futurs entrepreneurs. 



ESG MS Alumni : Qu’est-ce qui vous a motivé à entreprendre ?
 

Andy : Depuis petit, j'avais le rêve d'entreprendre, de créer une entreprise, des emplois. Avec Guillaume, nous avions déjà fondé l'association politique de l'ESG MS, en fin de 1e année (mi 2009). Puis, nous avions eu l'idée en milieu de 3e année (il étudiait à Loughborough, j'étudiais à Sydney) de créer une entreprise dans le domaine de l'installation des détecteurs de fumée. Nous avions remarqué que toutes les habitations au Royaume-Uni et en Australie en possédaient et qu'une loi française devait être votée dans les deux ans suivants.
Nous avons donc monté un business plan et avons lancé le projet à notre retour en France. Puis, nous avons décidé de l'abandonner : le photovoltaïque s'écroulait car il reposait principalement sur les avantages fiscaux et, en raison de la crise, nous savions qu'un report de la loi risquait de faire écrouler notre projet. D'autre part, nous ne nous sentions pas totalement passionnés.
Durant cette même période, alors que nous buvions quelques verres chez Guillaume, nous sommes tombés sur l'émission (que j'adore !) "Cauchemar en Cuisine" et avons eu le déclic : nous lancerons un projet en lien avec la restauration.
Guillaume remarque qu'il existe des chaines de toute sorte d’aliments (pizza, burger, boulangeries, sushi…) mais pas pour les crêpes. Par ailleurs la grand-mère de celle qui est entre-temps devenue ma femme avait été crêpière pendant plus de 30 ans et ses galettes sont les meilleures que je n’aie jamais goûtées ! Nous avons donc commencé à monter un business plan pour créer une chaîne, en France.
Puis, en avril 2013, Guillaume me met au défi de vendre des crêpes à Central Park, dans des chariottes. En modifiant un peu l'idée initiale, nous débarquions trois mois plus tard à Manhattan ! 
 
Combien de temps s’est donc écoulé entre l’émergence de l’idée d’une crêperie à l’ouverture de la première boutique ?
 
Nous avons mis trois mois à réaliser un business plan, rencontré cinq entrepreneurs français, levé des fonds auprès de quatre d'entre eux et débarqué à New York. Ensuite, nous avons mis six mois à trouver une boutique. Après trois mois de travaux, nous avons vendu notre première crêpe ! Donc pile un an au total.
 
Pourquoi avoir choisi le modèle du fastfood ?
 
Nous avons beaucoup d'ambition et le modèle du fastfood est le meilleur moyen de se développer rapidement, surtout aux Etats-Unis et à New York en particulier, où les gens n'ont pas une minute à perdre et déjeunent au bureau. Cette ambition me vient de plusieurs success stories comme celles de Richard Branson ou Steve Jobs, pour lesquels j'ai une profonde admiration.
 
Qu’est-ce qui vous a attiré à New York ?
 
C'est une ville qui fait rêver ! Tout va très vite ici, toutes les grandes entreprises mondiales y sont présentes et, à bien des égards, New York est le centre du monde !
 
Quelles sont vos perspectives d’évolution ? Avez-vous pour projet de devenir une chaîne de restauration au niveau international ?

Actuellement, nous avons pour projet d'ouvrir d'autres boutiques sur NYC, le New Jersey et la Pennsylvanie. Nous avons été contactés par des personnes qui souhaiteraient ouvrir des franchises « By Suzette » en Floride, à Atlanta et même à Pékin. Nous privilégions d'abord la côte Est des USA pour des raisons logistiques et de contrôle du concept. Néanmoins, une fois le concept lancé, nous ne nous imposerons aucune limite géographique.
 
Qu’est-ce que votre formation à l’ESG MS vous a apporté ?
 
"À l'ESG MS, on travaille sérieusement sans se prendre au sérieux". Cette phrase a été prononcée par Armand Derhy, Directeur de l’École, lors du Week-end d'Intégration de 2008. J’applique cette devise encore aujourd'hui ! Le travail, la réussite doivent être synonyme de plaisir, de bonheur, d'accomplissement personnel.
D'ailleurs, à l'ESG MS, même si nous nous spécialisons en fin de parcours, nous acquérons au fil de nos études des connaissances globales sur les différents métiers de l’entreprise, afin de devenir des managers et non des spécialistes. Ma spécialisation, Corporate Finance, a sans doute été importante pour notre projet. Sans financement, nous n'aurions pu partir à NYC et monter notre projet. La finance est probablement le domaine qui s'apprend le plus difficilement sur le tas.
 
Quels conseils pourriez-vous donner à nos étudiants qui ont envie d’entreprendre ?
 
Oubliez les études de marché et toutes les "enquêtes" sur les secteurs porteurs ! Faites ce qui vous plaît, car pour réussir, il faut savoir partager son bonheur et être capable de se lever le matin pour affronter des semaines de 70, 80, voire 90 heures. Sans passion, votre projet coulera en moins de trois mois.

By Suzette | 78 Chambers St, New York, NY 10007 | Facebook | by-suzette.com

950 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Création d'entreprise

Alumi Entrepreuneur : Gary Cohen

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

19 mai

Création d'entreprise

Alumni entrepreneurs : Alexandre Leboeuf (PSB 2015)

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

21 mars

Création d'entreprise

Alumni entrepreneurs : Ingrid Vaileanu-Paun (PSB - IMBA 2002)

BB

Beata BORKOWSKA

23 février