/medias/image/17243886915c3711a4a9ea0.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Du côté des entrepreneurs : Purée Maison

Interview

-

10/01/2019

Paul Hunault et Antoine Carlin-Zayan diplômés de PSB Paris School of Business (promo 2015). Ils ont allié leur spécialisation Digital Business à l’entrepreneuriat en créant il y a déjà trois ans leur agence de création digitale en s’associant à Michael Voinis.

Ils nous racontent cette aventure, nous parlent de leurs projets et proposent quelques conseils aux futurs entrepreneurs. 

PSB Alumni : Qu’est-ce qui vous a motivé à entreprendre ?

Paul :J’ai toujours été très attiré par l’entreprenariat, assez jeune je pensais à des idées de business à monter et j’avais hâte d’avoir 18 ans pour lancer ma société et tester mes idées. J’ai commencé à coder assez jeune, c’est un milieu passionnant où il y a toujours de nouvelles choses à découvrir. Le digital est un milieu propice à l’entreprenariat, avec de bonnes connaissances et très peu d’investissement il est possible d’apporter une forte valeur ajoutée.

Antoine :Ce qui m’a motivé, c’est déjà le temps que j’avais devant moi. En 4ème année d’école, j’avais envie de m’investir à fond dans un projet qui allait occuper tout mon temps libre. Au début, quand on s’est associés avec Michael et Paul, c’était plutôt dans un objectif d’arrondir nos fins de mois mais au bout d’un moment, on commençait à avoir quelques clients sérieux et on a compris qu’on pouvait vraiment lancer la société et en faire notre activité principale.

Au delà de ça, il y avait l’aspect « on fait ce qu’on veut » qui m’attirait beaucoup. Même si j’avais beaucoup aimé mes expériences en entreprise, j’avais toujours connu un peu de frustration à un moment ou un autre. Ces moments où tu te dis « j’aurais fait ça autrement à leur place ». Là, on avait l’opportunité de faire les choses comme on l’entendait, c’était hyper excitant et motivant.

Quand et comment l’idée de Purée Maison est-elle née ?

Paul : on était dans la même classe avec Antoine en Master Digital Business et tous les deux passionnés par le digital et par l’entreprenariat, donc on s’est vite rapprochés. Antoine était en collocation avec Michael qui lui, faisait des photos et des vidéos en dehors des cours. On est tous les 3 devenus amis et rapidement on a décidé de s’associer parce qu’on avait des compétences complémentaires. Petit à petit, on a reçu des demandes de création de site ou de prestation de production de contenus photos / vidéo et Purée Maison a commencé à prendre forme. À l’époque, on travaillait le week-end, le soir et entre les cours, c’était une période assez intense.

Quel est le concept de Purée Maison ? Quels sont les avantages de votre agence ?

Purée Maison, c’est un studio de stratégie et de création. 

On accompagne nos clients à définir leur stratégie de communication digitale et on met en application nos recommandations via nos deux pôles de spécialisation : le pôle web (sites web, webmarketing, social media, branding) et le pôle production (vidéos, photos, créas etc).

On aime créer des sites créatifs et immersifs avec beaucoup d’animations pour faire vivre une expérience nouvelle aux visiteurs.

Pour cela, on s’est vite entouré de plusieurs talents, tous passionnés eux aussi, qui avaient envie de s’investir à fond dans l’aventure avec nous, c’est ce qui fait principalement notre force. L’équipe est très soudée, on fait la cuisine pour tout le monde à tour de rôle, on fait régulièrement des soirées ou des barbecues sur la terrasse et depuis l’an dernier, on a instauré le « séminaire » ski à l’agence.

Aujourd’hui, nos clients font appel à nous d’une part parce qu’on peut leur proposer des services de qualité, mais aussi parce qu’ils savent qu’ils vont travailler avec une équipe réactive, créative et très investie dans chacun de leurs projets. Et jusqu’à présent, c’est une approche qui a séduit des clients de toutes tailles (start-ups, PME, grands groupes).

Quelle est la plus grande difficulté que vous avez rencontrée ?

On a eu tendance à prendre des projets créatifs et innovants sur lesquels on gagnait peu d’argent uniquement parce c’était des projets qui correspondaient exactement à ce qu’on voulait faire. Sur la première année, on a fonctionné sans avoir posé un vrai Business Plan. On pensait pouvoir s’en passer mais petit à petit quand la société a grossit et ses frais aussi et on s’est rendu compte que c’était primordial d’en avoir pour pouvoir décider si oui ou non ce projet créatif moins bien rémunéré valait vraiment le coup. Aujourd’hui, on en prend encore mais la réflexion est se fait moins au feeling.

Quelles sont vos perspectives d’évolution ?

Aujourd’hui on a un Business Plan sur 3 et 5 ans qu’on met à jour quasiment en temps réel donc on a une idée assez précise de là où on va.

L’idée d’avoir de plus en plus de belles marques dans notre portefeuille client et de faire des projets de plus en plus ambitieux, innovants et créatifs pour continuer à faire ce qui nous passionne.

Tout ça va évidemment s’accompagner de besoins de recrutement dans les années à venir.

Qu’est-ce que votre formation à PSB vous a apporté ?

Gérer une société demande de nombreuses compétences dans des domaines très variés. PSB nous a apporté une « culture générale » du business qui nous permet aujourd’hui de faire notre comptabilité, de nous projeter financièrement ou encore de savoir quels sont nos obligations en tant qu’employeur. Ça nous évite beaucoup d’erreurs, même si on n’a jamais fini d’apprendre.

Le fait d’avoir commencé Purée Maison pendant nos cours fait que beaucoup de nos camarades de promos nous connaissent, que tout le monde s’est retrouvé sur le marché du travail, ça a été autant d’apporteurs d’affaires qui nous ont permis d’accéder à de beaux projets et faire nos preuves rapidement.

Quels conseils pourriez-vous donner à nos étudiants qui ont envie d’entreprendre ?

Être entrepreneur c’est une aventure passionnante mais exigeante, ça demande des sacrifices et du courage. Il faut donc être passionné par son projet, s’entourer des bonnes personnes et ne pas compter ses heures. Dans ce contexte, on a tendance à s’enfermer un peu il faut donc sortir le plus possible, parler avec d’autres entrepreneurs qui partagent souvent les mêmes problématiques. Ça permet également de prendre du recul et de prendre les bonnes décisions.

De notre point de vue, il vaut mieux entreprendre assez vite après sa sortie de l’école, c’est un moment où on a moins de besoins financiers et un maximum de temps à consacrer à son projet. Et qu’elle soit réussie ou non, une expérience entrepreneuriale sera toujours valorisante pour un recruteur. Dans le pire des cas, ça ne sera pas une perte de temps, alors lancez-vous !

335 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interview

Interview de Théo Ambrosini et Grégory Debret, fondateurs d'Homizy

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

17 octobre

Interview

Du côté des entrepreneurs : Julie Réjean (PSB PGE 2007)

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

29 avril

Interview

Du coté des entrepreuneurs : Clément de Reynal -- Remake Paris

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

19 novembre