/medias/image/17243886915c3711a4a9ea0.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Interview de Claire Sixtre - Promotion 2007

Interview

-

13/11/2015













Claire Sixtre (promotion 2007), a débuté sa carrière professionnelle au Mexique où elle a occupé le poste de Brand Manager chez Cadbury, puis de Senior Brand Manager chez Ferrero. De retour à Paris, elle propose ses services de coaching interculturel aux cadres et managers.


 

PSB Alumni : De Paris à Guadalajara, quel a été ton parcours professionnel ?

Claire : Après un BTS en communication, j’ai intégré PSB Paris School of Business (ESG à l'époque) pour trois ans. J'ai choisi l’option Master Management international. Dans le cadre de cette formation, j’ai passé un semestre au Mexique. J’ai tout de suite adoré ce pays. J’y suis donc retournée une fois mon diplôme obtenu, pour chercher du travail. Au bout de quatre mois de recherches, j’ai été embauchée dans le cadre d’un training program de Cadbury.
 

Pourquoi avoir choisi le Mexique ?

J'avais envie d'un vrai dépaysement à un coût pas spécialement élevé. Ce qui peut sembler étonnant, c’est que je ne parlais pas espagnol. Avant de partir, j’ai toutefois été rassurée par la responsable des échanges internationaux de l’école, qui a bien vu que je n’étais pas timide et que j’allais me débrouiller avec mon anglais, tout en apprenant l’espagnol sur place. Pendant ce semestre d’échange, j'ai choisi d'être hébergée dans une famille mexicaine, pour être à 100 % émergée dans la langue et la culture. Ils ne parlaient pas anglais... je n'ai donc pas eu d'autre choix que d'apprendre l'espagnol !


As-tu rencontré des difficultés lors de tes premières expériences professionnelles ?

Le plus grand problème au départ, c'était évidemment la langue. Le monde professionnel ne pardonne pas les quelques erreurs que peuvent pardonner les amis. En plus, dès le début, je me suis retrouvée dans un processus très sélectif et exigeant chez Cadbury. Ce programme de recrutement ressemblait à un concours de talent à la American Idol : nous étions plus de cent candidats au départ. Au bout de quelques mois, une personne a été retenue… et c’était moi.
D’autres difficultés que j’ai rencontrées par la suite étaient plutôt liées aux différences culturelles. Les Mexicains, très gentils et agréables au quotidien, m’ont parus plus susceptibles dans les relations professionnelles que les Français. Ils prennent beaucoup plus souvent des gants pour dire que les choses ne marchent pas comme ils le voudraient. Le travail d’équipe n’a pas été évident pour moi tout de suite.

J’ai commencé avec une étiquette de "militaire". Mes collègues avaient tendance à dire « Claire est très sympa, mais attention au bureau... ». J'ai ensuite mis ma main de fer dans un gant de velours et j’ai surtout beaucoup observé pour comprendre les Mexicains et apprendre à bien travailler avec eux. En tout cas, l’ambiance au travail est très sympa.
 

Quelles sont les qualités nécessaires pour être un bon Brand Manager ?

Un bon Brand Manager est sur tous les fronts : il doit penser à tout et comprendre tous les domaines : finance, logistique, communication, ventes...

Il faut savoir travailler en équipe, sans empêcher les experts de faire leur travail. J'ai vu beaucoup de jeunes diplômés arriver aux entretiens en pensant qu'ils allaient tourner de nouvelles pubs dans les Caraïbes tous les mois. Or, la partie de création de publicité représente moins de 10 % de mon travail.

Ma plus grande fierté, en tant que Brand Manager, est d'avoir lancé deux marques que les gens adorent et qui les font se sentir mieux dans leur quotidien. J'ai d’abord créé Infinity, marque de chewing-gum qui a été ensuite lancée dans plusieurs pays d'Amérique et en Asie... Avec cette campagne, j’ai gagné un premier prix Effie [Effie Awards sont des récompenses décernées par l'American Marketing Association aux meilleures campagnes publicitaires de l'année].

En 2011, j’ai lancé Nutella. Très connue en France, cette marque ne l’était pas du tout au Mexique. Son lancement n’a pas été évident, dans un pays où les gens ne consomment pas vraiment de pain (sauf pour les sandwichs, faits avec du pain de mie) et où le petit-déjeuner est salé. Ce lancement a été ma plus belle aventure en marketing et m’a permis de gagner mon deuxième prix Effie pour la campagne intitulée "Nutella ¿Qué desayunaste?".


Y-a-t-il des opportunités professionnelles pour les jeunes diplômés des écoles de commerce ?

Sans aucun doute... Les profils internationaux sont assez recherchés dans les entreprises de FMCG [Fast-moving consumer goods]. Par contre, pour se faire engager avec l’équivalent du statut cadre, il faudra bien connaître le marché. À la sortie de l’école, il sera donc plus simple de commencer comme junior.
 

Quels conseils pourrais-tu donner aux étudiants  qui souhaitent débuter leur carrière à l’international ?

N'ayez pas peur, foncez ! Et si vous ne vous y plaisez pas, vous pouvez toujours rentrer en France ou essayer un autre pays. Soyez attentifs à toutes les démarches administratives et visas nécessaires.

Attention : l’image du mexicain endormi sous un cactus n'est qu'un vieux cliché ! Les journées de travail sont très longues, rarement en dessous des 10-12 heures au bureau. De plus, vous n’aurez droit qu’à deux semaines de vacances par an, et ceci avec un peu de chance, car le minimum prévu par la loi est d'une semaine. En revanche, si tout se passe bien, vous gagnerez rapidement un salaire qui vous permettra de bien vivre et de profiter à fond de cet incroyable pays.
 

As-tu des projets professionnels, des perspectives d’évolution ? 

J'ai pu suivre, au cours de mes expériences dans différentes entreprises, de nombreuses formations en management, puis en coaching. Chez Ferrero, j'ai été suivie pendant plusieurs années par un coach. Au mois de janvier dernier, j’ai décidé de quitter le monde de la grande consommation pour terminer ma certification en coaching. J'ai commencé cette formation et cette activité en parallèle à mon activité de Brand Manager. Être leader-coach est un outil extrêmement précieux au moment de diriger des équipes de lancement de produits. Aujourd'hui, je souhaite me dédier à 100 % au coaching et accompagner, à mon tour, des personnes dans leur processus de développement professionnel et par conséquent personnel. Je serai à la fin de l'année officiellement Coach Certifié par l'ICF [International Coach Federation].
Nombreuses personnes se disent « coach » sans réelle formation. J'invite donc tous ceux qui sont intéressé par le coaching à vérifier que leur coach soit certifié par une organisation reconnue (ICF, EMCC ou SFCoach) pour s’assurer que leur accompagnement se fasse avec un professionnel.


Nous espérons que, de retour à Paris, tu reviendras souvent sur le Campus.

Avec plaisir. J’ai d’ailleurs gardé de très bons souvenirs de l’école, des soirées et des weekends du BDE, bien sûr !! Excellente ambiance, pas seulement en soirées mais aussi en cours, grâce à Mr Derhy et l’équipe des profs... J’ai aussi gardé un réseau d’amis, maintenant devenus des professionnels.

 


Pour contacter Claire Sixtre et bénéficier de ses services de coaching :
claire.sixtre@gmail.com | LinkedIn

558 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interview

Du côté des entrepreneurs : Julie Réjean (PSB PGE 2007)

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

29 avril

Interview

Du côté des entrepreneurs : Purée Maison

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

10 janvier

Interview

Du coté des entrepreuneurs : Clément de Reynal -- Remake Paris

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

19 novembre

alumni-psbedu.paris