/medias/image/17243886915c3711a4a9ea0.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Interview de Gregory Elmoznino - Promotion 1995

Interview

-

27/09/2013

Nous avons contacté Gregory Elmoznino, Président d’Econocom Telecom, et lui avons posé quelques questions sur son parcours professionnel et ses années passées au sein de l'ESG Management School.

ESG Alumni : Quel a été ton parcours professionnel ?
Grégory : Lors de mon cursus au sein de l’ESG Management School, j’ai eu la chance de pouvoir faire mon armée en alternance. Ce qui m’a permis, contrairement à mes camarades, de ne pas perdre de temps avant d’entrer sur le marché du travail.
A la fin de ma scolarité, j’ai effectué un stage à partir du mois de juin.
J’ai été embauché en décembre de la même année en tant qu’ingénieur commercial dans une entreprise américaine, Computer Associates, qui était un éditeur de logiciels.
Avant de commencer ma carrière chez eux, j’ai eu la chance de passer de nombreux entretiens, qui m’ont permis de décrocher 3 emplois. Je n’avais plus qu’à choisir la société dans laquelle je voulais évoluer. J'ai choisi Computer Associates car c’était celle pour laquelle mon contrat commençait en premier. Je m’étais dit que si celle-ci ne me plaisait pas, j’aurais ainsi deux autres possibilités !
L’entreprise et le poste m’ont plu et j’y suis resté un an et demi. J’ai été formé en informatique et aux techniques de commercialisation en deux mois et j’ai fini ma formation aux Etats-Unis. Lorsque cela se passe comme ça, on a le sentiment que l’entreprise fonde de grands espoirs en nous et cela rassure pour la suite.
J’ai quitté Computer Associates à la suite d’une rencontre avec des personnes qui souhaitaient créer une entreprise dans le domaine de l’internet en tant que fournisseur d’accès. Ils cherchaient un Responsable commercial pour se développer. Ainsi, en 1996, Skyworld a été créé et était composé de 3 salariés pour le BtoB. Suite à un gros développement, la société a été vendue à Cegetel, où j’ai alors occupé le poste de Directeur Commercial. La contrepartie de cette opération était que les 3 créateurs restent 3 ans au minimum. Ce qui a permis de lancer les ventes indirectes de Cegetel.
Après ces 3 ans, je suis parti car je me voyais plutôt comme un créateur de petites entreprises ou tout est à construire. Pour moi les grands groupes ont des process de décision trop longs et cela ne me convient pas !
Au début des années 2000, j’ai rencontré Jean-Louis Bouchard, Président d’Econocom, qui était une entreprise d’informatique vendant du matériel et proposait le financement de celui-ci. Jean-Louis me voulait comme collaborateur pour monter une entreprise qui serait le pendant des opérateurs télécoms pour aider les clients à choisir leur opérateur. Une filiale a donc été créée, Econocom Telecom, et j’ai été nommé Directeur Général de cette entité.
Cela fait maintenant 14 ans que je suis dans cette entreprise ! Le Groupe Econocom représente 8000 personnes, il y en avait 600 à mon arrivée. Econocom Telecom avait 1 salarié en 2000 et nous sommes maintenant 200. C’est agréable de pouvoir compter sur la puissance d’un gros groupe et sur les conseils de notre actionnaire
 
ESG Alumni : Peux-tu nous décrire une journée type?
Grégory : il n’y a pas de journée type car je touche à tout. Bien sûr, à mon niveau, je passe un maximum de temps sur le business, les équipes commerciales, les clients et les prospects. Je passe environ 30% de mon temps sur la partie financière qui est très importante, et 20% sur la stratégie et les RH.
Mes journées sont longues, mais cela me plait alors je ne m’en rends pas compte !
 
ESG Alumni : As-tu rencontré des obstacles lors de ton entrée dans la vie active ?
Grégory : Non en 1995/1996 pourtant c’était la crise, mais je m’y suis pris à l’avance pour trouver un poste. Lorsque j’étais en stage, j’ai passé de nombreux entretiens. Il y a un temps incompressible (3 à 4 mois) mois entre le moment où l’on commence à chercher et celui où on commence à travailler
Ma technique a payé car j’ai obtenu 3 postes sur 300 candidatures !
 
ESG Alumni : Aujourd'hui es-tu content de ta situation professionnelle ?
Grégory : Oui, plutôt ! Car j’ai une certaine autonomie et le sentiment d’avoir ajouté ma pierre à l’édifice, d’avoir créé quelque chose.
Ma plus grande fierté je la trouve sur les réseaux sociaux quand je vois des groups de salariés qui se créent. J’ai le sentiment d’avoir laissé ma trace !
 
ESG Alumni : As-tu des perspectives d'évolution ? Des projets ?
Grégory : Là où je suis, c’est dur de monter plus haut.
J’ai pour objectif de développer l’entreprise, et faire en sorte qu’elle soit de plus grosse. Je regarde donc quelles acquisitions nous pourrions faire pour y arriver, mais je me tourne aussi vers l’international. Nous aimerions reproduire ce que nous avons fait en France chez nos voisins du Benelux, de l’Italie et de l’Espagne.
 
ESG Alumni : Quelles qualités sont requises pour travailler dans ce domaine ?
Grégory : il faut être capable de toucher à tout et capable de comprendre tous les sujets (savoir lire un bilan comptable, …), avoir un excellent sens du contact et être leader, inspirer confiance.
Dans ce secteur, il n’y a pas besoin de compétences techniques particulières si ce n’est comprendre les produits que l’on vend. C’est difficile de démarrer, mais avec un peu d’expérience c’est plus simple. Il faut savoir vendre un service et s’adapter au public.
 
ESG Alumni : As-tu suivi le parcours pro que tu t’étais fixé ou as-tu changé de direction ?
Grégory : j’avais du mal à me fixer des perspectives à long terme. Je me disais « la crise est là, on va voir où on peut aller », j’étais prêt à prendre n’importe quel poste. J’étais plus orienté marketing et commerce dans mes recherches.
 
ESG Alumni : As-tu eu l’occasion d’engager un étudiant de l’ESG MS ou des MBA ?
Grégory : Oui plusieurs de l’ESG Management School, des fois sans même y faire attention. Des anciens se sont présentés en mentionnant qu’ils venaient de l’ESG Management School.
En ce moment nous avons 4/5 anciens en poste chez nous, dont un de la même promo que moi !
 
ESG Alumni : Si demain un Alumni t’appelle, est ce que tu étudieras son CV avec plus d’attention ?
Grégory : Oui j’ai une écoute plus attentive. J’ai beaucoup de personnes sur les réseaux sociaux qui me demandent s’il y a des opportunités.
 
ESG Alumni : As-tu des conseils à donner à nos étudiants ?
Grégory : je pense qu’il ne faut pas être trop sélectif au départ. Rechercher un poste est un travail à temps plein ! Il ne faut pas hésiter à aller sur différents salons, laisser son CV et avoir le plus d’entretiens possible. Plus on en fait, plus on s’améliore. Si cela se passe bien, on peut avoir le choix du poste.
Ne pas hésiter à être original et à personnaliser au maximum les candidatures, et pourquoi pas citer un slogan. Quand j’ai postulé chez Total, dans ma lettre de motivation j’avais mis « si je viens chez vous, ce n’est pas par hasard » en référence à leur slogan de l’époque. Avec ce genre d’approche on a 20% de réponses.
En entretien, il faut être naturel. Les managers cherchent des profils.
 
ESG Alumni : Comment était la vie de l’école lors de ta promotion ?
Grégory : la vie associative était importante, il y avait de nombreuses associations, cela faisait partie du cursus car on était noté dessus.
Je faisais partie de 2 associations : la junior entreprise et l’AIESEC (association internationale pour les entreprises).
 
ESG Alumni : Quel a été ton professeur préféré ?
Grégory : Monsieur Korsonsky en commerce international. Je l’ai connu avant l’ESG Management School, lorsque j’étais en DUT commerce international. Il avait un côté sévère qui pouvait effrayer mais nous avions un bon feeling.
 
ESG Alumni : As-tu une anecdote sur un professeur à nous raconter ?
Grégory : Oui, un jour nous avions eu Monsieur Lehu, professeur de communication de crise, en amphithéâtre. Il nous a annoncé qu’il avait un empêchement mais que nous aurions tout de même cours (cours qui avait une durée de 1h30). Nous avons eu 30 min de cours avec lui puis, il a mis en marche le rétroprojecteur et le cours a continué sur l’écran de l’amphi. Il s’était enregistré ! C’était assez particulier et exceptionnel pour l’époque.
Pour s’assurer que tout le monde reste à son cours, il nous avait informé qu’un contrôle aurait lieu à la séance suivante sur le contenu de ce cours.
Ma mère étant professeur d’espagnol à l’ESG MS (elle est aussi coordinatrice), j’ai entendu parler de l’école depuis tout petit. Mon objectif était d’ailleurs d’y faire mes études. J’ai passé les concours comme tout le monde et n’ai jamais eu ma mère en tant qu’enseignante.
 
ESG Alumni : Te souviens-tu du nom de ton BDE / Président ?
Grégory : Oui car j’ai revu par hasard dans la rue Rodolphe Petit Damico, président du BDE Extasy. Nous avons déjeuné ensemble et c’était comme si nous ne nous étions jamais quittés.
Je me souviens également de la campagne !
 
ESG Alumni : Que retiens-tu de l’ESG MS / MBA ?
Grégory : de bons moments tant scolaires qu’extra scolaires. On faisait beaucoup de sorties, de soirées…
 
ESG Alumni : As-tu un souvenir en particulier qui a marqué tes années à l’ESG MS / MBA ?
Grégory : le séminaire d’intégration était mémorable ! Nous nous sommes tous retrouvés à Porte de Saint Cloud à 5h du matin pour partir 3 jours à Royan.
Je me souviens avant de monter dans le bus, je me demandais ce que je faisais là ! Mais après 30 minutes de car j’étais heureux ! Mes 3 années ont commencé à ce moment-là.
 
ESG Alumni : As-tu gardé contact avec certains étudiants de l’ESG MS / MBA ?
Grégory : Certains travaillent chez moi, j’en croise régulièrement dans ma vie professionnelle : certains sont des clients, ou des fournisseurs. Soit je les reconnais, soit ce sont eux qui me reconnaissent !
J’ai gardé environ 10 amis de ma promo.
 
ESG Alumni : A part ta formation, est-ce que l'ESG MS t’a apporté autre chose ? (Amis, compagnon, loisirs…)
Grégory : quelques amis, mais pas l’amour car j’ai rencontré ma femme lorsque j’étais en DUT avant L’ESG.
 
ESG Alumni : Que regrettes-tu le plus de ta vie étudiante ?
Grégory : Les vacances ! L’insouciance de l’époque : nous n’étions stressés que quelques jours par an, juste avant et pendant les examens. Comparé à la vie aujourd’hui, ce n’était rien ! Cela  m’a quand même marqué car j’en fais des cauchemars. Je suis en amphi pour passer un examen et je ne connais rien !
 
ESG Alumni : Comment décrirais-tu ton cursus à l'ESG MS / MBA en trois mots ?
Grégory : Préparation à la vie active
 
ESG Alumni : Si c'était à refaire et que tu avais 20 ans aujourd’hui, que changerais-tu ?
Grégory : Rien ! Mais je ne parle pas seulement pour mes études. de manière générale, je ne regrette rien.
 
ESG Alumni : Tes enfants sont-ils de futurs ESGéens ?
Grégory : Mon fils est dans la même classe en primaire que l’enfant d’un ancien camarade de Promo !
Je serais très heureux s’ils l’étaient, ils ont le profil pour le devenir. S’ils le veulent, je les y aiderais, s’ils ne veulent pas y aller, je ne les y forcerais pas.
 

1710 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interview

Du côté des entrepreneurs : Julie Réjean (PSB PGE 2007)

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

29 avril

Interview

Du côté des entrepreneurs : Purée Maison

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

10 janvier

Interview

Du coté des entrepreuneurs : Clément de Reynal -- Remake Paris

User profile picture

Marie-Cécile CHEVALIER

19 novembre

alumni-psbedu.paris