Retour aux actualités
Article précédent

Interview de Thibaud Okroglic diplomé en 2015 et co-fondateur de Neovel

Interview

-

06/07/2020

PSB Alumni : Peux-tu nous parler de ton parcours depuis que tu as été diplômé de Paris School of Business en 2015 ?

Thibaud : Bien sûr ! L’ensemble de mes expériences professionnelles ont été dicté par mes passions : premièrement la musique et aujourd’hui la littérature.

Au cours de ma scolarité, j’ai aussi bien eu l’occasion de travailler en petites structures (label indépendant New Time Songs, Relations Presse chez Éphelide) qu’en maison de disques (Sony Music France - Jive Epic) pour mon stage de fin d’année.
C’est à la sortie de mes études, lorsqu’un bilan sur mes expériences s’imposait, que je me suis rendu compte que j’avais plus apprécié travailler en PME, où l’on est à l’origine des projets et qu’on les fait/voit évoluer, qu’en grande structure où l’on est un pion de la hiérarchie.
Très rapidement je me suis tourné vers les projets de start-up, en commençant bénévolement comme Responsable Communication pour l’application de musique SoundR lancée en 2015 par un autre étudiant de PSB, Thomas Zeilas. Jusqu’à ce que je me lance en tant auto-entrepreneur dans l’accompagnement de start-up, notamment pour une plate-forme de livraison de commerces de proximité, C’est Frais.
En parallèle, le projet Neovel commençait à voir le jour et prendre de plus en plus d’ampleur jusqu’à ce que nous créions, avec mon associé et ami Thibault GUEMARD, le 31.12.18 la société Neovel.
Aujourd’hui, je suis heureux et fier de ce parcours atypique, fait de sacrifices (financiers et personnels), qui me permet aujourd’hui d’apprendre quotidiennement et de diriger mon propre projet!

Peux-tu nous présenter Neovel que tu as lancé en 2017 ?

Neovel a pour vocation de rendre les lectures de demain mobiles, sociales et impactantes en remettant au goût du jour un format innovant et digital encore méconnu en Europe : les novels.
Ces web-séries littéraires, quotidiennes et sociales, sont pourtant culturellement implantées en France depuis les années 1830 puisqu’elles représentent la version contemporaine du roman -feuilleton qui a fait les beaux jours de Balzac notamment. Aujourd’hui ce type de contenu est majoritairement anglophone.
Pour ce faire, nous avons développé deux plate-formes :
Neoread, notre plate-forme de lecture, permettant à nos lecteurs de lire, découvrir, partager des novels, mais aussi de rencontrer une communauté de passionnés avec laquelle partager ses impressions. Nous réunissons aujourd’hui plus de 1100 lecteurs quotidiens.
Neopload, notre plate-forme d’écriture permettant aux auteurs amateurs, comme semi-professionnels ou professionnels, de publier facilement leur contenu sur Neoread, d’accéder à une audience qualifiée, à des retours (commentaires, notations, ...), ainsi qu’à des statistiques leur permettant de prendre du recul sur leur contenu et d’ainsi de l’améliorer.
Afin de lier ces deux plate-formes et de créer un écosystème social et vertueux, nous avons mis en place un abonnement premium, de 2,99€/mois, à destination de nos lecteurs, leur permettant d’accéder à de nombreuses fonctionnalités (lecture offline, personnalisation de l’interface, ...) mais aussi et surtout de rémunérer les auteurs par leurs lectures, puisque 50% des bénéfices premium sont aujourd’hui redirigés aux auteurs.
C’est ce que nous entendons par «lectures impactantes».
Les deux plate-formes ont été développées dans une technologie novatrice : en PWA (Progressive Web App). Une PWA est un site web optimisé de telle sorte que son affichage mobile intègre des fonctionnalités d’application native, permettant ainsi une meilleure expérience mobile.
Cette technologie nous permet de proposer notre service sur tous supports (WEB, Application IOS & Android, ...) et ce en un seul développement.

Quelles difficultés as-tu rencontrées pour lancer ce projet ?

Le parcours entrepreneurial est semé d’obstacles et de réussites, c’est justement cela qui rend l’aventure excitante !
En trois ans d’existence nous avons dû faire face à de nombreuses difficultés, de structuration (nous avions au départ prévu de nous lancer à 4 associés, nous sommes que 2 à ce jour), techniques (comment bien lancer sa société, quel statut, ...), légales (suspension des stores de notre application suite à une plainte pour violation de propriété intellectuelle)...
Malheureusement, je ne pourrais pas présenter tous les obstacles que nous avons dû affronter mais je vais tout de même vous parler du plus significatif concernant l’aventure Neovel.
En Mai 2019, quelques mois à peine après la création de notre société et alors que notre projet était en pleine expansion (une application Android qui marchait réellement bien avec 100k téléchargements, une communauté grandissante d’environ 2400 lecteurs quotidiens, ...), nous avons reçu un avis de plainte pour violation de propriété intellectuelle émise par nos concurrents chinois WebNovel auprès de Google.
À peine une heure plus tard, et sans que nous puissions réagir, notre support (à l’époque une application Android) a été suspendu des stores.
Il faut savoir que cette plainte était infondée et se basait sur une faille légale concernant l’hébergement de liens. Elle a eu lieu à peine quelques semaines après que nous concurrents commencent leur internationalisation.
Malgré nos mails, relances, courriers d’avocat, nous sommes restés sans réponses et nous avons dû faire une croix sur notre application Android. Une question, relativement simple, s’est alors posée : que faire ensuite ? Comment réagir ?
Nous venions de perdre notre seul support, nos statistiques, notre acquisition d’utilisateurs, ... Il nous restait cependant notre communauté, notre structuration de projet et notre envie de réussir.
Nous avons décidé d’utiliser ce coup du sort pour développer une nouvelle plate-forme, plus intuitive (refonte design UX/UI), plus accessible et innovante (technologie PWA) et construite avec notre communauté grace à des retours de nos betatesteurs/lecteurs et auteurs via Discord.

Aujourd’hui, un peu plus d’un an après, nous avons un projet plus solide, innovant, indépendant des plate-formes d’hébergement d’applications, construit avec notre communauté. Alors certes nous avons pris du temps pour mettre tout cela en place, cependant, avec du recul, cette expérience fut enrichissante avec mon associé pour notre motivation, mentalité d’entrepreneur, et pour notre produit.
Ce fut un pas en arrière pour deux pas en avant et des fondements plus solides.

Quelles sont tes ambitions avec Neovel ?


Nous avons de grandes ambitions avec Neovel, mais aussi des étapes de structuration de projet bien définies. Par conséquent il nous faudra du temps (beaucoup de temps) avant d’atteindre nos objectifs.

Notre objectif final est de créer un écosystème communautaire et autonome réunissant tous les acteurs des novels, c’est-à-dire lecteurs, auteurs et traducteurs.
Communautaire car c’est l’essence même de notre projet et de la culture des novels, on échange quotidiennement nos lectures, nos impressions, ...
Et autonome, car nous souhaitons créer une dynamique suffisante, notamment grace à notre abonnement premium et la rémunération de nos auteurs, pour qu’un cercle vertueux d’acquisition et de valorisation de contenu et d’acteurs s’installe.

Notre projet est «born global», nous avons par conséquent d’énormes ambitions concernant le développement de Neovel et sur l’incidence qu’il peut avoir sur le monde de la littérature, en intégrant la lecture digitale comme expérience littéraire à part entière.

D’où t’es venue cette envie d’entreprendre ?

Assez naturellement et au fil de mes différentes expériences. À ma sortie de PSB, je me cherchais encore un peu sur le plan professionnel avec des expériences et des impressions bien différentes. Je savais juste que j’aimais être à l’origine d’une décision et d’être amené à la concrétiser de A à Z.
Mon expérience chez SoundR c’est naturellement proposée à moi, puis C’est Frais aussi et très rapidement et naturellement, le fait de travailler auprès de jeunes structures en plein développement s’est présenté à moi et j’ai adoré !
Neovel est un projet différent puisqu’il a été monté de toutes pièces avec mon ami Thibault GUEMARD. On a senti les choses bouger autour de ce projet et on a investi de plus en plus de temps, de compétences et d’argent jusqu’à ce que ça devienne naturellement notre projet, notre bébé, notre boîte.
Être entrepreneur s’accompagne de nombreux sacrifices et de risques, mais aussi de liberté et de satisfactions. Je m’y retrouve pleinement et même si aujourd’hui je suis à 120% sur Neovel, je sais que ma vie sera rythmée par l’entreprenariat !

As-tu d’autres projets en tête ?

Si on fait référence à des projets d’entreprise : non.
Aujourd’hui je suis pleinement concentré sur Neovel et tant que nous n’aurons pas réussi à faire tourner cette société ou donner tout ce qu’on pouvait pour le faire, ça restera le cas.
Après à titre personnel, des projets de vie on en a tous, mais je vous avoue, ceux-ci je préfère les garder pour moi. :)

Qu’est-ce que ta formation à PSB t’a apportée ?

PSB a été une expérience signifiante pour moi, en même temps cinq ans, surtout à cette période de construction professionnelle et personnelle, c’est tout à fait normal !
Au-delà d’amis aujourd’hui chers et importants, qui me soutiennent et m’aident dans la vie de tous les jours, comme dans celle de Neovel, je pense que PSB m’a apporté une construction mentale et personnelle solide. J’ai appris à mettre en valeur mes compétences, mes valeurs et inconsciemment à prendre confiance en moi et mes capacités. Aujourd’hui ce sont des qualités fondamentales pour un entrepreneur.
Par ailleurs, j’ai fait une spécialisation «Communication & Médias» qui me permet aujourd’hui d’appréhender sereinement la façon dont je dois communiquer Neovel, mais aussi une aisance à l’oral, même je dois vous avouer qu’aujourd’hui cela représente à peine 10% de ce que je fais au quotidien.

Quels conseils peux-tu donner aux étudiants de PSB?


Profitez de ces belles années, elles sont aussi importantes qu’elles sont structurantes pour le reste de votre vie. Vous aurez l’occasion de faire des rencontres qui vous suivront toute votre vie (en tout cas je vous le souhaite), de tester, d’expérimenter sans peur de l’échec (qui soit dit en passant être tout aussi important, si ce n’est plus, que la réussite dans votre parcours personnel), bref tout simplement de vivre. Profitez-en, non pas que ce sera plus le cas après, mais ce sera différemment et une expérience comme celle-ci ne se reproduira pas.
J’ai l’impression d’être déjà grabataire en disant cela, j’en profite donc pour vous rassurer en disant que les années qui suivent sont tout aussi belles, voire plus, mais on vit simplement différemment. :)

Et aux futurs entrepreneurs de la Paris School of Business ?


Mes conseils resteront globalement similaires que ceux émis à la question d’avant, je rajouterais juste que la persévérance, et l’organisation/structuration sont des éléments-clés (et même indispensables) à l’entreprenariat.
Allez-y, foncez, battez-vous, ce sera dur mais l’aventure en vaut la chandelle !
N’hésitez pas à partager/échanger autour de votre projet avec vos amis et vos proches, le ratio bénéfices/perte sera toujours en votre faveur et le chemin est tout de suite plus agréable quand il est à plusieurs.

Quels souvenirs gardes-tu de ton passage à l’école ?

Honnêtement j’en garde de nombreux souvenirs, mais je pense que les plus marquants ne seront malheureusement pas dans l’enceinte même de PSB (quoique les élections de BDE en deuxième année étaient assez folles), mais à Cambridge où j’ai eu l’opportunité de faire ma troisième année.
L’année en elle-même a été intense, entre fêtes (beaucoup de fêtes), dossiers (beaucoup de dossiers) et un mémoire, de nombreuses rencontres et une bande de potes encore soudée aujourd’hui, ça a définitivement été une année pas comme les autres.
Une année intense mais incroyable !

Hormis ta formation, est-ce que PSB t’a apporté autre chose ?

J’en ai finalement beaucoup parlé sur la question de l’apport de ma formation PSB sans me rendre compte qu’il y avait par la suite cette question.
PSB m’a apporté aussi un réseau, que je commence à utiliser professionnellement parlant après en avoir beaucoup profité festivement parlant. :)
Mais ce sera surtout au cours des prochaines années de vie professionnelle que, comme je l’imagine, j’espère pouvoir profiter au maximum de cet esprit PSB qui invite un alumni à tendre la main pour aider les nouvelles (ou parfois anciennes) générations. En tout cas, si tout marche bien pour moi, je serai présent !

Que penses-tu de l’importance du réseau de l’École dans la vie professionnelle ?

Pour ma part, je me suis beaucoup fait seul, je commence à peine à l’utiliser, notamment depuis qu’Alexandre Ehrlacher a repris les rennes de PSB Alumni. De belles choses se font et ça donne envie d’en faire partie, ce que je vais essayer de faire au maximum à l’avenir. J’espère donc y rencontrer des personnes intéressantes et intéressées, mais avec la formation sur le savoir-être de PSB, je n’en doute pas une seconde.
À ce moment-là je pourrais pleinement et en connaissance de cause parler de l’importance et l’apport du réseau de l’école dans ma vie professionnelle.

Découvrez en plus sur Neovel et leurs objectifs via leur campagne KickStarter 

https://www.kickstarter.com/projects/thibaud-okroglic/neovel-your-daily-novels

177 vues Visites

1 J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interview

Interview de Sabrina Ben Mahmood (PSB PGE 2015), fondatrice de Art en Tête

photo de profil d'un membre

Marie-Cécile CHEVALIER

20 février

Interview

Interview de Thibaut Bannelier, co fondateur de Raylier

photo de profil d'un membre

Marie-Cécile CHEVALIER

19 décembre

Interview

Interview de Théo Ambrosini et Grégory Debret, fondateurs d'Homizy

photo de profil d'un membre

Marie-Cécile CHEVALIER

17 octobre